06/11/2015

Beauraing - Chute accidentelle d'un policier....

Article de presse paru ce jour...Source de Sudpresse

Un policier tombe dans les escaliers et se tue 

La piste du décès suspect a été envisagée... 

Immeuble.jpg

Le drame s’est déroulé dans cet immeuble de la rue de Bouillon.

Police, médecins légistes… Un étrange attroupement a attiré l’attention, rue de Bouillon, à Beauraing. Le corps d’un homme a été découvert, sans vie. Si la piste du décès suspect a été envisagée, elle a été écartée par le parquet. La victime, Pierre De Keyser, était policier au sein de la zone de police Houille-Semois. Il aurait mortellement chuté dans les escaliers. 

Hier matin, une dame, vivant dans l’immeuble situé au 64 rue de Bouillon à Beauraing, a fait face à un bien triste spectacle… Elle a fait l’horrible découverte d’un corps inanimé aux pieds de l’escalier du rez-de-chaussée du bâtiment.

Ni une ni deux, elle a fait appel aux secours. Et ce sont tout d’abord des ambulanciers des pompiers Beauraing qui sont arrivés sur place.

Après que ces derniers aient tenté la réanimation pendant 15 minutes, le médecin du SMUR a déclaré le décès de la personne.

Il s’agissait d’un homme âgé de 55 ans, Pierre De Keyser. Ce dernier présentait tout de même une importante plaie à la tête qui serait la principale cause du décès suite à une chute dans l’escalier.

Dans les premières heures qui ont suivi le décès, toutes les hypothèses ont été envisagées. C’est pourquoi, au départ, la police parlait de « décès suspect ». En effet, un homme seul, un coup à la tête… Il faut pouvoir écarter toute sordide éventualité.

La pauvre victime était un policier au sein de la zone Houille-Semois. Autrement dit, de la police de Beauraing. Et c’est notamment pour cette raison que les suites de l’enquête ont été placées dans les mains de la police fédérale judiciaire.

Le « labo » sur place.

D’ailleurs, les experts « labo » de la police, ainsi que des médecins légistes ont tout de même fait le déplacement afin d’examiner le corps et les lieux. Le motif ? Une mort jugée violente.

Ce n’est qu’en fin de journée que la piste du crime a été écartée, selon une source proche du dossier.

Il vivait seul.

Et selon toute vraisemblance, l’homme vivait seul, et sans enfant, dans son appartement situé au troisième étage du bâtiment.

À l’heure d’écrire ces lignes, les circonstances exactes de la chute et donc du décès du pauvre homme n’avaient pas encore été dévoilées.

Les commentaires sont fermés.