17/09/2016

Beauraing - Accident mortel à la sortie de Gozin...

Philippe Dawagne se tue en voiture 

Le Beaurinois était très apprécié. 

Triste nouvelle ce vendredi : Philippe Dawagne, agriculteur bien connu de la région de Beauraing, est décédé dans un accident de la route. Le presque sexagénaire a percuté un arbre de plein fouet.

Voiture accidentée ce matin à Gozin.jpg

Le drame s’est déroulé vers 10h ce vendredi matin. À bord de sa Jeep, Philippe Dawagne, agriculteur de Gozin né en 1958, roulait sur la rue de Rochefort, en direction de Focant. Il a perdu le contrôle de son véhicule, et a percuté de plein fouet un arbre sur le côté gauche de la route, avant de finir sa course contre la berme, de l’autre côté. Sur place, les circonstances de l’accident laissaient penser à un malaise du conducteur. Les pompiers de Beauraing ont tenté de venir en aide à Philippe, mais ce dernier est décédé. La police de la zone Houille-Semois est descendue sur place. Les pompes funèbres Sevenants se sont chargées de la dépouille.

« Philippe était une figure très charismatique de la région », explique Marc Lejeune, le bourgmestre de Beauraing, descendu sur les lieux. « C’était un grand ami, une personne dynamique, toujours en train d’encourager les autres. C’était une personnalité au grand cœur, que tout le monde aimait. Il était investi dans beaucoup d’activités locales, comme une troupe de théâtre, une chorale, et dans d’autres mouvements. C’est une très grande tristesse qui s’abat sur tous les Beaurinois. » Philippe laisse dernière lui une femme et trois enfants.

 

01/09/2016

Wanlin – Impressionnant déploiement de policiers et d’ambulances ce matin ….

 

Réfugiés - 1.jpg

Les hommes ont été assis sur le bitume avant d'être transportés dans les locaux de la police judiciaire fédérale, pour être entendus par la police. Ils ont été privés de liberté pour une durée de 24h. L'office des étrangers a été avisé et décidera de la suite administrative du statut de ces migrants.

Il était 11h10 lorsque les secours ont été appelés sur de parking de l’aire de Wanlin pour un incident peu banal dans notre région. En effet, un chauffeur tractant une remorque immatriculée en Autriche avec des containers de l’armée britannique s’est arrêté sur l’aire de parking afin de faire une coupure, « jargon de routier ».

Réfugiés - 2 masqué.jpg

  Son attention a été attiré à l’arrière de son ensemble par des agissements suspects venant de l’intérieur d’un de ces containers. Plusieurs réfugiés s’étaient introduit par effraction dans un container croyant se rendre en Angleterre, mais malheureusement pour ces gens, le chauffeur venait de Calais et se rendait en Italie.

Le pire était à crainte, étant donné le manque d’air à l’intérieur du container, pas d’aération ni d’éclairage.

Le chauffeur a fait appel au 112 et un important dispositif policiers, pompiers et moyens médicaux se sont rendus sur place.

Le véhicule de désincarcération de Beauraing est arrivé rapidement sur les lieux, les hommes du feu de la zone de secours « Dinaphi » ont sectionné le cadenas condamnant la porte du container. Surprise générale, 11 personnes sont descendues et accueillies par les forces de l’ordre et les ambulanciers dépêchés sur place. Le médecin du SMUR de Dinant a très vite minimisé l’ampleur de ce drame. Après interrogatoire et fouille, il s’est avéré que ces personnes voulant trouvé refuge en Angleterre étaient d’origine Afghane.

Le médecin du SMUR, l’infirmier urgentiste, les ambulanciers de Beauraing et de Rochefort ont pris quelques paramètres afin de s’assurer de l’état de santé de ces réfugiés clandestins.

Le médecin a ensuite libéré toutes les autres ambulances dépêchées sur places étant donné à qu’à l’appel, on avait annoncé « 30 personnes renfermées dans un containers frigorifique et sans air ».

Les SMUR (s) appelés en renfort et l’hélicoptère de Bra-sur-Lienne ont été annulés.

Deux véhicules de la police fédérale adapté pour le transport ont pris en charges ses 11 réfugiés et les ont conduits à Namur.

Que ce serait-il passé si le chauffeur ne s’était pas arrêté et attendu du bruit ?

Fin de parcours qui se termine bien pour ces 11 clandestins.