06/12/2016

Rochefort - Grogne des pompiers....

Grogne des pompiers Dinaphi de Rochefort : ils se sont mis en service minimum ! 

Les hommes du feu et les ambulanciers attendent impatiemment le conseil de zone ce mercredi 7 décembre

Les pompiers de la zone Dinaphi, et plus particulièrement ceux de Rochefort en ont ras le bol. Ils assurent que leurs revendications ne sont pas entendues...A Rochefort, ils ont décidés de passer à l'action en se mettant en service minimum !

Le poste de pompiers/ambulanciers de Rochefort est en service minimum, nous annonce Patrice Liétart, chef du poste en question.

Cette situation fait suite au triste constat que nous vous évoquions la semaine dernière : le deuxième départ d’aide médicale urgente a été supprimé. « La réforme des services de secours avait pour objectif d’améliorer la sécurité du citoyen. Force est de constater que ce ne sera bientôt plus le cas pour les citoyens de Rochefort » , pouvait-on lire.

D’habitude, ce sont deux ambulances qui tournent Depuis quelques jours, il n’y en a plus qu’une. « Et encore, les pompiers sont des volontaires. Donc, ils doivent faire en fonction de leur vie professionnelle », ajoute Patrice Liétart.

Ce dernier parle véritablement de mouvement de grogne de la part des pompiers et des ambulanciers qui n’en peuvent plus. « Le problème, c’est l’enveloppe rigide que l’on donne à la zone. Mais à côté de cela, la présidente Nathalie Demanet (NDLR : bourgmestre d’Havelange) doit augmenter la sécurité dans sa zone. Et avec les moyens du bord, pour augmenter les secours quelque part, il faut les diminuer ailleurs… »

De Rochefort à Beauraing

 

DSC_7321.JPGLa décision aurait donc été prise d’améliorer le temps de départ de 300 ambulances sur la région de Gedinne en allongeant le temps de départ de 300 ambulances à Rochefort. « Mais on ne va pas débrayer complètement. Ça irait évidemment à l’encontre de ce l’on clame : la sécurité des Rochefortois est en jeu ! »

Et selon nos informations, ce qui est confirmé par Patrice Liétart, les hommes de Beauraing se sentent également lésés. Là aussi, ils sont tous volontaires. Et ils n’ont pas de garde sous toit. Ils ne sont payés qu’au départ… de chez eux. Ce qui rallonge le départ d’une ambulance. « Ce n’est pas sur Madame Demanet qu’il faut faire pression, mais sur le conseil », ponctue Patrice Liétart.

         La présidente de Dinaphi : « Je ne marche pas au chantage ! » 

Le conseil de zone de ce mercredi risque d’être tendu. Il sera notamment question de la préparation du budget 2017 et de la réorganisation des départs d’ambulances.

La présidente de la zone, Nathalie Demanet, aura fort à faire. Elle nous décrit le contexte qui émane de la zone Dinaphi : « Dinaphi, c’est douze postes. Avant, ils étaient autonomes, avec du matériel différent, des fonctionnements différents, et ce, avant la nouvelle zone. » Autrement dit, maintenant, ce que l’on attribue à un poste, il faudrait donner la même chose aux autres postes.

« Mais présider la zone, c’est trouver la meilleure solution pour les situations opérationnelles. Et il ne faut pas favoriser une commune par rapport à une autre. Il faut veiller à la sécurité de tous les citoyens de la zone. Soit 22 communes et 178.000 habitants. Et à côté de cela, il faut plus d’équité entre les pompiers », détaille Nathalie Demanet.

Elle assure d’ailleurs que d’autres communes, comme Havelange et Doische sont bien plus mal loties. « Rochefort, c’est 12.700 habitants, et une garde de 24 heures. Walcourt, c’est 18.000 habitants et il n’y a pas un seul départ. Une garde ambulance de 24 heures pour tous les postes, c’est un million d’euros. Il y a eu une réflexion avec le collège et l’état-major. Il faut rationaliser les moyens. Et je ne marche pas au chantage. »

 

Article paru ce matin dans l'édition "la Meuse" (Namur).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.