08/12/2016

Beauraing - Conseil de zone mouvementé...

Pompiers en colère : Rochefort seule contre... tous  

Les autorités rochefortoises sont contre la nouvelle répartition des «Départs ambulance ».

Image du conseil de zone.jpg

 Ce mercredi, les bourgmestres de la zone de secours Dinaphi se sont réunis à Beauraing. Il était notamment question de la réorganisation des « départs ambulances » au sein des communes. Les pompiers et ambulanciers de Rochefort avaient fait le déplacement pour manifester leur mécontentement… En vain, car le point a été voté malgré l’unique opposition de la bourgmestre rochefortoise. 

 

Hier, à Beauraing, la zone Dinaphi a connu un de ses conseils les plus cruciaux. Pour rappel, cette zone de secours couvre les 22 communes du Sud de la Province, soit l’arrondissement de Dinant-Philippeville. Plusieurs points importants ont été votés, comme le budget 2017 et le « plan zonal de gardes sous toit ». C’est sur ce dernier point que des tensions auraient pu se faire sentir : des pompiers et ambulanciers de Rochefort avaient fait le déplacement. Ils ne sont pas tout d’accord avec ce plan zonal qui réduit à une seule le nombre d’ambulance de garde en caserne. Le plan prévoit, pour les ambulanciers de Rochefort, un deuxième départ d’ambulance à partir de leur domicile.

Pour la symbolique, les ambulanciers de Rochefort ont apporté une gerbe de fleur « pour l’enterrement » du deuxième départ. Ils l’ont déposé aux pieds de la présidente de la zone, Nathalie Demanet (MR), qu’ils tiennent en partie pour responsable.

Cependant, ce conseil s’est révélé être une douche froide pour les Rochefortois, dont la bourgmestre Corine Mullens (MR). Cette dernière s’est fait la porte-parole des inquiétudes des pompiers. « Je trouve cela interpellant que l’on réduise la sécurité sur Rochefort. Je comprends qu’il faille rééquilibrer les départs, mais au détriment d’un départ qui fonctionne bien ! »

En réponse à cela, elle n’a pas eu un… mais plusieurs commentaires de la part de l’assemblée. Comme celui de Pierre Helson (MR), bourgmestre de Florennes : « Chez nous aussi, on supprime une deuxième ambulance de garde en caserne. Elle est aspirée par une autre commune. Au début, je m’y opposais car j’ai voulu agir en bourgmestre. Alors qu’il faut être solidaire », lance-t-il.

Il a été suivi par d’autres bourgmestres. Ces derniers se sont basés sur des calculs selon lesquels la suppression de départs permettrait de faire plus de 400.000 euros d’économies. « Mais si vous voulez dire aux citoyens des 22 communes que la taxe va augmenter parce que vous voulez garder vos acquis… », remarque Christine Poulin (PS), bourgmestre de Walcourt. Sa commune, toutefois, bénéficiera à l’avenir d’une ambulance de garde en caserne alors qu’elle n’en avait pas jusqu’ici.

Quoi qu’il en soit, le point a voté favorablement. Seul Rochefort a voté contre.

« Plus d’équité entre pompiers et citoyens » 

Nathalie Demanet est bourgmestre d’Havelange. Elle est aussi présidente de la zone Dinaphi. Pour elle, « Rochefort n’est pas sans secours non plus. Quand on voit que Walcourt n’avait aucune ambulance de garde en caserne, cette réorganisation représente plus d’équité entre les citoyens et entre les pompiers. Si vous voulez faire vos propres calculs et si vous n’avez pas besoin d’un président de zone, on arrête tout de suite. Il ne faut pas croire que c’est une décision qui a été prise sur un coup de tête à l’encontre d’un poste. Il s’agit d’un projet qui repose bien sur un souci de résoudre, de manière structurelle, les indisponibilités dans certains postes. Cela a été réfléchi avec les syndicats, avec l’état-major… »

Bref, Corine Mullens (MR) semblait être seule contre tous. Comme quand Pascal Jacquiez, bourgmestre (MR aussi) de Doische, lui lance : « À Doische, on ne va pas payer 4,50 euros en plus par habitant pour les beaux yeux des autres. Si Rochefort veut sa garde, elle n’a qu’à la payer… »

La démission de François Bellot sur le plateau

Il faut aussi signaler la remarque acerbe de David ClarinvalU (MR), le députe-bourgmestre de Bièvre, à l’égard de la Ville de Rochefort : « Chez nous aussi, une autre zone de pompiers devait intervenir pour pallier au manque d’ambulance… Aujourd’hui, il faut reconnaître le travail de la présidente. Ce n’est pas pour rien si, il y a un an, François Bellot a démissionné du poste de présidence de la zone… », lance l’homme, sous-entendant que François Bellot n’a pas su régler les problèmes auxquels Nathalie Demanet a trouvé une solution.

En guise de conclusion, la présidente demande finalement qu’on fasse confiance à la zone. « Il faut aussi indiquer qu’il y aura une réévaluation de cette organisation », ponctue-t-elle sous les applaudissements des bourgmestres présents.

Une bonne nouvelle pour la commune de Beauraing.

À côté de la réorganisation des gardes ambulance, il y avait deux autres points importants à voter : le transfert des arsenaux et le budget en équilibre sans augmentation des dotations communales.

Le premier point était jugé épineux par beaucoup : « Car il concerne du patrimoine communal au départ mais qui, à l’arrivée, devient un outil de travail pour la zone. Le montant total de la reprise des sept arsenaux (plus de 1.730.000 euros) viendra en déduction des dotations des communes pour les 20 années à venir », souligne Nathalie Demanet.

Ensuite, le siège central de Dinaphi, actuellement basé à Jemelle (Rochefort) va venir sur Beauraing. Non pas dans la caserne de Baronville, où c’était initialement prévu, mais dans la ferme des Trois Moulins, également une propriété de la commune de Beauraing. « Concrètement pour la zone, la charge annuelle sera de 40.000 euros en lieu et place des 115.000 euros estimés », détaille la présidente. La rénovation de l’aide de la ferme que Dinaphi va occuper sera prise en charge par la Ville de Beauraing. Mais ce sera rapidement amorti par le prix de la location. C’est évidemment Marc Lejeune (cdH), le bourgmestre de Beauraing, qui est content !

 

NIDS DE GUÊPES 

De 50 à 75 euros

Tous les autres points de l’ordre du jour du conseil de zone ont été votés à l’unanimité. Comme le point concernant le nouveau « règlement redevance ». Sachez-le : désormais, faire appel aux pompiers dans le Sud de la Province pour extraire un nid de guêpes ne vous coûtera plus 50 mais… 75 euros. Quant aux interventions qui visent les ouvertures de portes, etc., les tarifs seront aussi revus. Autre révision, celle qui concerne la prévention dans les bâtiments. Pour profiter de l’intervention des pompiers dans ce cadre, il fallait payer 50 cents du m². À partir de 2017, le tarif se fera à l’heure. Ensuite, le conseil de zone a décidé de supprimer le droit de tirage. « On a remarqué que 95 % des interventions faites via ce droit de tirage visaient la prévention dans les bâtiments. Ce qui entraînait des heures supplémentaires du service facturation. Par contre, on assure la gratuité de la prévention dans les bâtiments communaux », confirme la présidente.

 

Article paru ce jour dans l'édition "La Meuse" Namur

 

 

06/12/2016

Rochefort - Grogne des pompiers....

Grogne des pompiers Dinaphi de Rochefort : ils se sont mis en service minimum ! 

Les hommes du feu et les ambulanciers attendent impatiemment le conseil de zone ce mercredi 7 décembre

Les pompiers de la zone Dinaphi, et plus particulièrement ceux de Rochefort en ont ras le bol. Ils assurent que leurs revendications ne sont pas entendues...A Rochefort, ils ont décidés de passer à l'action en se mettant en service minimum !

Le poste de pompiers/ambulanciers de Rochefort est en service minimum, nous annonce Patrice Liétart, chef du poste en question.

Cette situation fait suite au triste constat que nous vous évoquions la semaine dernière : le deuxième départ d’aide médicale urgente a été supprimé. « La réforme des services de secours avait pour objectif d’améliorer la sécurité du citoyen. Force est de constater que ce ne sera bientôt plus le cas pour les citoyens de Rochefort » , pouvait-on lire.

D’habitude, ce sont deux ambulances qui tournent Depuis quelques jours, il n’y en a plus qu’une. « Et encore, les pompiers sont des volontaires. Donc, ils doivent faire en fonction de leur vie professionnelle », ajoute Patrice Liétart.

Ce dernier parle véritablement de mouvement de grogne de la part des pompiers et des ambulanciers qui n’en peuvent plus. « Le problème, c’est l’enveloppe rigide que l’on donne à la zone. Mais à côté de cela, la présidente Nathalie Demanet (NDLR : bourgmestre d’Havelange) doit augmenter la sécurité dans sa zone. Et avec les moyens du bord, pour augmenter les secours quelque part, il faut les diminuer ailleurs… »

De Rochefort à Beauraing

 

DSC_7321.JPGLa décision aurait donc été prise d’améliorer le temps de départ de 300 ambulances sur la région de Gedinne en allongeant le temps de départ de 300 ambulances à Rochefort. « Mais on ne va pas débrayer complètement. Ça irait évidemment à l’encontre de ce l’on clame : la sécurité des Rochefortois est en jeu ! »

Et selon nos informations, ce qui est confirmé par Patrice Liétart, les hommes de Beauraing se sentent également lésés. Là aussi, ils sont tous volontaires. Et ils n’ont pas de garde sous toit. Ils ne sont payés qu’au départ… de chez eux. Ce qui rallonge le départ d’une ambulance. « Ce n’est pas sur Madame Demanet qu’il faut faire pression, mais sur le conseil », ponctue Patrice Liétart.

         La présidente de Dinaphi : « Je ne marche pas au chantage ! » 

Le conseil de zone de ce mercredi risque d’être tendu. Il sera notamment question de la préparation du budget 2017 et de la réorganisation des départs d’ambulances.

La présidente de la zone, Nathalie Demanet, aura fort à faire. Elle nous décrit le contexte qui émane de la zone Dinaphi : « Dinaphi, c’est douze postes. Avant, ils étaient autonomes, avec du matériel différent, des fonctionnements différents, et ce, avant la nouvelle zone. » Autrement dit, maintenant, ce que l’on attribue à un poste, il faudrait donner la même chose aux autres postes.

« Mais présider la zone, c’est trouver la meilleure solution pour les situations opérationnelles. Et il ne faut pas favoriser une commune par rapport à une autre. Il faut veiller à la sécurité de tous les citoyens de la zone. Soit 22 communes et 178.000 habitants. Et à côté de cela, il faut plus d’équité entre les pompiers », détaille Nathalie Demanet.

Elle assure d’ailleurs que d’autres communes, comme Havelange et Doische sont bien plus mal loties. « Rochefort, c’est 12.700 habitants, et une garde de 24 heures. Walcourt, c’est 18.000 habitants et il n’y a pas un seul départ. Une garde ambulance de 24 heures pour tous les postes, c’est un million d’euros. Il y a eu une réflexion avec le collège et l’état-major. Il faut rationaliser les moyens. Et je ne marche pas au chantage. »

 

Article paru ce matin dans l'édition "la Meuse" (Namur).